forums de l'ours Index du Forum

forums de l'ours
Un forum dédié aux jeux de rôles des Livres de l'Ours et de ses comparses

 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

[T&T²]Terres Barbares

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    forums de l'ours Index du Forum -> Vos aventures extraordinaires -> Vos CR de parties
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
EtienneB


Hors ligne

Inscrit le: 11 Juil 2012
Messages: 1 565
Localisation: Près de Rennes (35)

MessagePosté le: Sam 20 Oct - 19:49 (2012)    Sujet du message: [T&T²]Terres Barbares Répondre en citant

Bon, un petit CR de cette première -et fort joyeuse- soirée.


(en rouge, mes trous de mémoire)


Journal d’Ulcire Buchère
 
Est-ce pour éprouver ma foi que l’Unique m’impose cette épreuve ?
Foi de templier, c’est une tâche bien difficile qui m’échoit. Me voilà chef d’expédition d’une caravane de colons et de marchands.
Oui, de marchands…
Après avoir traversé le duché de Froidval sous une pluie battante qui glace les corps, attriste les âmes et aigrit les caractères, nous sommes arrivés devant le ruisseau que l’on passe d’habitude sans soucis. L’habituel filet d’eau s’était fait torrent et il nous a fallu redoubler d’efforts pour amener les chariots de l’autre côté. Un garde blessé par un arbre entraîné par le courant n’a du la vie (que l’Unique en soit remercié) qu’à mon intervention et à celle, providentielle, de ce brave Ozma, cet être étrange qui lança une corde avec maestria, nous évitant la noyade. Cette marionnette aurait-elle un cœur ? Je me plais à le croire.
Le soir nous trouva si épuisés qu’il fallut faire halte. Je dus tancer un de ces misérables camelots et le menacer de mille maux pour qu’il accepte de me céder quelques malheureuses pelletées de charbon pour réchauffer les enfançons transis. Maée, cette friponne pour lequel je ne peux m’empêcher d’éprouver un peu d’affection, entraîna les présents dans une sarabande et les claquements de dents et grognasseries firent place aux rires et aux chants.
Le lendemain, arrivés à Barrière de Bois Duc, nous fûmes confrontés à une créature (une marionnette de plus, mais dont la qualité de fabrication n’a pas grand-chose à voir avec celle de notre ami) nous réclame le « cheminant » : des taxes, encore des taxes ! Certaines des familles les plus pauvres ne pouvaient l’acquitter et il me fallut, une fois de plus, faire preuve de conviction face à l’Edler Eusèbe, le maître des lieux, pour le ramener à de justes sentiments.
Philippe, l’enlumineur de la petite communauté, vint alors vers moi et m’entraîna dans sa demeure. Là, je fus mis en présence d'Eric, son fils aîné. Le malheureux adolescent paraissait bien las et, l’examinant, je diagnostiquai une fièvre verte. Son père me dit qu’il nous fallait l’emmener à <machin-chose> des Centaures où le vieil ermite Khaurm saurait, me dit-il, le soigner.
Nous récupérâmes une chariotte, l’aménagèrent de façon à permettre un voyage confortable à l’infortuné garçon et Ozma accepta de bon cœur de mener l’engin, de manière à nous préserver des miasmes. Brave créature ! Il est donc vrai, ainsi que j’aime à le répéter, que la valeur d'un être se lit dans son cœur, même si celui-ci est de bois tendre.
Maée sut convaincre l’homme de nous faire don de deux brebis, de façon à tenir le malade au chaud et à avoir un peu de lait, et d’un pot de cire d’abeille pour ce cher Ozma qui ne semble guère apprécier toute cette humidité. L’idée de les passer à la broche (les brebis, pas Maée et Ozma) germa alors dans mon esprit mais je me repris et me souvins que l’Unique dit qu’il ne faut céder à la gourmandise qu’avec tempérance et aussi peu souvent que possible. Seigneur, comme Tu es dur avec ton infortuné serviteur !
Repartant, nous nous trouvâmes rapidement dans la plaine des herbes bleues. Apercevant un troupeau de créatures inconnues fonçant vers nous, j’avançai au devant d'eux et poussai un rugissement pendant qu’Ozma, usant de ses dons, fit apparaître l’illusion d’un feu de broussailles. Les bisons roux évitèrent ainsi la caravane et nous fîmes bientôt face à quelques membres du clan des Taurins de la plaine des herbes bleues. Celui qui les menait se présenta comme Tereus Vivecharge et nous apostropha de façon ma foi assez courtoise, malgré des manières un peu rustres de sauvage. Nous parlâmes de tout et de rien quand un de ses hommes lui apprit qu’un des leurs, un nommé Turanos, avait chu de sa monture. Me rendant près de lui, je ne fus pas long à comprendre que le malheureux autochtone souffrait aussi de la fièvre verte. Tereus nous fit part que ce mal se soigne aisément grâce à la propolis des abeilles rouges et qu’on trouve maintes ruches de ses créatures dans la forêt de Bois-Duc, à deux jours de marche de là où nous étions. Malheureusement, les colons résidant à la Conserverie et à <trou de mémoire> se révèlent être des manants qui interdisent à ces pauvres taurins d’approcher les ruches qui permettraient la confection du remède.
Les rats galeux ! Cupidité, que d'horreurs commet-on en ton nom ! Qu’ils craignent donc mon courroux. S’ils ne se rallient pas promptement à Ses enseignements, ils vont apprendre qu’on ne me surnomme pas Lourdepatte pour rien. Car l’Unique n’a t-Il point dit « De conviction et de fermeté tu useras face aux cœurs vides » ?
Nous – le brave Ozma, la douce Maée et votre serviteur – décidâmes donc de nous rendre en ce bois et faire entendre raison à ces gens. Halimède, un des jeunes compagnons de Tereus connaissant l’apiculture, accepte de nous accompagner. Son aide ne sera pas de trop pour faire à ces insectes gros comme une main de taurin et, s’Il veut bien m’aider dans cette tâche, je pourrais peut-être l’amener à la vraie foi.
Nous confions les colons au garde du marchand encore valide et prenons la direction de l’Est…
_________________
Libreterre, éditeur optimiste
Les Folandes n'attendent que vous !
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Publicité






MessagePosté le: Sam 20 Oct - 19:49 (2012)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Acritarche


Hors ligne

Inscrit le: 11 Juil 2012
Messages: 1 573
Localisation: Belgique (Hotton)
Masculin

MessagePosté le: Dim 21 Oct - 09:30 (2012)    Sujet du message: [T&T²]Terres Barbares Répondre en citant

Machin-chose = Relais des Hauts des Centaures
trou de mémoire = Ban-au-Bois
_________________
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
surcapitaine


Hors ligne

Inscrit le: 02 Sep 2012
Messages: 78
Localisation: Dublin
Masculin

MessagePosté le: Mer 24 Oct - 20:02 (2012)    Sujet du message: [T&T²]Terres Barbares Répondre en citant

Très bien en effet, ce compte-rendu ! Et je ne vois pas de souci à ce que tu l'aies rédigé du point de vue d'Ulcire - c'est comme ça que tu as fait l'expérience de la partie après tout.
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
surcapitaine


Hors ligne

Inscrit le: 02 Sep 2012
Messages: 78
Localisation: Dublin
Masculin

MessagePosté le: Jeu 8 Nov - 12:45 (2012)    Sujet du message: [T&T²]Terres Barbares Répondre en citant

Voici donc comment s'est déroulée la partie de jeudi dernier 1er novembre. Malgré de nombreux soucis techniques (Tabletop Forge est vraiment pas encore au point), nous avons pu passer de très chouettes moments dans le monde d'Acri.

Journal d'Ozma

De maux en apiculteurs.

Après une série d’épisodes déjà fort romanesques en compagnie de la caravane de colons, notre petit groupe l’a quittée pour rendre service aux tribus taurines en proie à une épidémie. Guidés physiquement par notre ami le krisling débrouillard Many For, spirituellement par Ulcire dit Lourdepatte l’ours templier et conseillés par la troublante marchande Maée, notre petite troupe fait contre mauvaise fortune bon coeur. Moi, Ozma le mage de bois, n’ai de cesse d’observer à la fois cette fascinante contrée et les relations qui se nouent entre mes compagnons.

Notre but présent : les ruches d’abeilles rouges situées entre Ban-au-bois et Converserie. Là, Halimède, le jeune taurin qui nous accompagne, nous aidera à récolter la propolis des abeilles, un nectar réputé pouvoir soigner la fièvre verte. Notre templier semble d’ailleurs bien mal en point, et encore plus grognon qu’à l’accoutumée.

Très vite, la question se pose du chemin à prendre. Sur l’avis de notre guide Many For, nous décidons de marcher droit vers l’est, à travers les plaines. Mais allons-nous nous présenter à la Converserie auparavant ? Nous finissons par décider de nous séparer.

Deux d’entre nous iront à Ban-au-bois pour demander la permission de récolter de la propolis, trois iront directement voir les ruches. Ainsi, même si les autochtones nous refusent le droit de récolter le remède, nous ne faillirons pas à notre mission. Mais les événements vont en décider autrement. Alors que nous bivouaquions dans la plaine, un groupe de rats géants, au pelage bleuté et dotés d’impressionnantes canines viennent nous voler notre nourriture. Maée est mordue (gravement !), Ulcire est également blessé avant que nous ne parvenions à les disperser également. Une fois de plus, mes connaissances en matière d’illusions se révèlent précieuses quand il s’agit d’effrayer les bêtes sauvages.

Pendant que nous pensons nos blessures, nous demandons à Halimède si les plaines sont toujours aussi dangeureuses. D’un air blasé, il nous cite toutes les créatures que nous sommes susceptibles de rencontrer. Parmi celles-ci, des lions des montagnes descendus de leurs collines. S’ensuit une intéressante conversation sur l’origine des noms des lieux et des animaux dans la langue des natifs. Je note que la Passe des herbes bleues est la Grande plaine pour les taurins.

Le lendemain, nous sommes à nouveau la proie de l’impitoyable nature des Terres Barbares ! Fuyant une meute de loups, un groupe de petits émeus-poison (surnommés Peps par les locaux) surgissent de nulle part au milieu de notre groupe.. Leurs plumes sont couvertes d’une substance collante et urticante. Nous essayons de les éviter, mais tandis que mes compagnons sautent prestement de côté, je tente un numéro d’épouvantail qui se révèle peu convaincant. Je tombe au sol, me foule la cheville, et suis blessé par les plumes suppurantes. C’est alors que les loups susmentionnés, dont nous ne soupçonnions pas l’existence un instant auparavant, décident que nous ferons des proies plus faciles que les Peps. Nous sommes plus appêtissants et surtout moins rapides. Ulcire grogne et en fait fuir un, je fais de même avec une image miroir de templier, tandis que Maée suggère aux loups de se battre entre eux. Je ne sais pas si j’ai bien vu, mais il m’a semblé une seconde la voir avec une tête de louve. Étrange. Many, lui, se contente d’essayer d’égorger une des bêtes. Le combat est confus malgré tout et le mâle alpha est plus que coriace. Il m’attrape par ma cheville foulée et se sert de moi comme d’une massue pour frapper Many. Celui-ci en perd sa machette. Les esprits en soient remerciés, ma jambe se détache et je fais fuir le monstre avec une simple évocation de lumière lunaire, aidé par l’intervention de Maée qui l’avait arrosé de vin. Nous sortons victorieux une fois de plus de ce combat difficile, en définitive négocié avec brio.

Le lendemain matin, ma jambe a repoussé mais je perds par tous mes noeuds une sève brûnâtre et malodorante. D’après mon fidèle Codex, je suis atteint d’une variante de la sangreline. Cette maladue se soigne par sudation (soit dans une tente, soit avec une concoction qui pourrait se faire à Ban-au-bois). Pendant que nos compagnons démontent le camp, Ulcire, qui ne se sent vraiment pas bien, ne fait pas attention à la vipère qui dormait dans sa botte. Il se fait mordre à deux reprises. Le venin, ajouté à la maladie que nous avons deviné être la fièvre verte, le mett dans un tel état qu’il faut lui confectionner un brancard. Étant donné la situation sanitaire dans notre petite équipée, décision est prise de ne plus nous séparer. Nous irons tous à Ban-au-Bois quérir quelque repos et de la propolis d’abeilles rouges. Consultant Halcimède, nous estimons avoir besoin de deux kilos du précieux nectar.

Avec un tel train, il nous faut six heures pour arriver au bourg, alors que la fièvre verte se répand parmi nous sans que nous le sachions... Pour éviter tout conflit, nous décidons de laisser à quelque distance des murs notre malade et notre indigène. Ban-au-bois est un petit village, assez cosmopolite comme on peut le déduire par la variété des habitations. Un chêne est planté au centre de l’agglomération, et des maisons elfiques sont visibles entre ses branches. Le village est entouré de marécages. Le bâtiment le plus remarquable est un silo construit en pierre de schiste.

Alcina est le taurin maître apiculteur du village. Pourtant d’apparence très convenable, il ne se contente pas de faire des propositions commerciales. Maée, qui a naturellement pris la tête des négociations, se voit prise d’assaut par des tentatives que je soupçonne de nature charnelle. Elle se retrouve donc seule dans le silo avec son amoureux empressé et profite de la situation pour négocier un accord commercial au sujet de la propolis d’abeille rouge. Many et moi allons à la cuisine pour préparer ma tisane. Avec l’aide préciseuse de mon ami, je peux enfin prendre mon remède.

Pendant ce temps, au campement, Ulcire réussit à convaincre Halcimède de ne pas aller chercher la prosolis lui-même. Le jeune taurin a le sang vif et nos manières diplomatiques semblent lui peser.

La prochaine fois, nous saurons enfin si nous arrivons à débarrasser notre groupe (et à plus long terme, la région toute entière) de la fièvre verte. Ensuite, il faudra rejoindre les colons, laissés sans guère de protection dans des terres décidément bien barbares.
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
EtienneB


Hors ligne

Inscrit le: 11 Juil 2012
Messages: 1 565
Localisation: Près de Rennes (35)

MessagePosté le: Jeu 8 Nov - 14:41 (2012)    Sujet du message: [T&T²]Terres Barbares Répondre en citant

Bien !
C'est vrai qu'on se marre dans les Terres Barbares !
_________________
Libreterre, éditeur optimiste
Les Folandes n'attendent que vous !
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Acritarche


Hors ligne

Inscrit le: 11 Juil 2012
Messages: 1 573
Localisation: Belgique (Hotton)
Masculin

MessagePosté le: Jeu 8 Nov - 15:08 (2012)    Sujet du message: [T&T²]Terres Barbares Répondre en citant

Fièvre verte + abeille rouge = rire jaune! Twisted Evil

Merci pour le CR!
_________________
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
soulclone


Hors ligne

Inscrit le: 04 Sep 2012
Messages: 7

MessagePosté le: Mar 13 Nov - 00:47 (2012)    Sujet du message: [T&T²]Terres Barbares Répondre en citant

Super vos CR. je suis pressé de rejouer. 
Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 01:39 (2017)    Sujet du message: [T&T²]Terres Barbares

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    forums de l'ours Index du Forum -> Vos aventures extraordinaires -> Vos CR de parties Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com